· 

Episode 6 : La chair est faible (série : Marcher selon l'Esprit)

Episode 6 : La chair est faible (série : Marcher selon l'Esprit)

 

Si nous devons marcher selon l'Esprit, c'est bien parce que marcher selon la chair nous mène à notre perte car la chair est faible. Dans la vidéo d'aujourd'hui, on va méditer sur le verset où Jésus dit : "Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation ; l'esprit est bien disposé, mais la chair est faible." (Matthieu 26.41).

 

La chair est faible

 

Qu'est-ce-que ça veut dire "la chair est faible" ? 

 

Nous avons déjà défini ce qu'est la chair dans l'épisode 2 de cette série, mais pour rappel, la chair correspond à l'humain, au naturel, au terrestre ; par opposition à l'Esprit qui correspond au divin, au spirituel, au céleste.

Le mot faible signifie peu de force, peu de capacité à accomplir des choses.

 

"La chair est faible" ça veut donc dire que l'humain (seul, sans Dieu) ne peut pas faire grand chose. Mais dans quel domaine ? Le contexte du verset est clair : il s'agit de la tentation. Quand Jésus dit que l'esprit est bien disposé mais que la chair est faible, il est en train de dire que l'esprit ne souhaite pas succomber à la tentation mais que la chair aura bien du mal à la surmonter.

 

Jésus a été confronté à cette faiblesse de la chair et c'est ce qui rend ce qu'il a accompli d'autant plus extraordinaire ! Malgré la faiblesse de sa chair (qui était je le rappelle semblable à la nôtre), Jésus a réussi à ne jamais tomber. Une des raisons de cet exploit est qu'il savait que sa chair était faible ; il ne se voilait pas la face. Il a donc logiquement choisi de ne pas vivre selon la chair, mais de vivre selon l'Esprit.

 

Marcher selon la chair c'est donc marcher dans la faiblesse et cela mène systématiquement au péché et à la mort.

Marcher selon l'Esprit c'est marcher dans la victoire et cela mène systématiquement à la vie !

 

Le confort de la chair

 

Sachant tout cela, on comprend mieux pourquoi Jésus était si dur par rapport à la chair. Certains propos ont peut-être pu nous choquer parfois, mais face à l'enjeu qui était le sien, on comprend bien ce côté radical.

 

Commençons par citer l'exemple du disciple qui demande à Jésus d'aller d'abord ensevelir son père avant de le suivre (Matthieu 8.21). La réponse de Jésus pourrait être facilement qualifiée de déplacée : "Suis-moi, et laisse les morts ensevelir leurs morts." Cela ne signifie pas qu'il faille en faire une règle et ne jamais aller enterrer ses propres parents. Le message derrière c'est que lorsque Jésus t'appelle, il ne devrait y avoir aucune excuse pour différer ta réponse ! Suivre l'Esprit doit toujours être prioritaire, même sur les choses les plus naturelles et légitimes qui soient !

 

Juste avant cet épisode on voit un scribe qui dit à Jésus : "Maître, je te suivrai partout où tu iras." (Matthieu 8.19). Là encore la réponse de Jésus est surprenante car on dirait qu'il cherche à décourager d'entrée de jeu un nouveau disciple : "Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le fils de l'homme n'a pas où reposer sa tête." Sous-entendu : "Si tu veux me suivre, prépare-toi à ne plus trop te reposer ou te sentir en sécurité, confortablement installé". On peut d'ailleurs faire le parallèle avec le verset cité en introduction, lorsque Jésus reproche à ses disciples de s'endormir plutôt que de veiller et prier avec lui.

 

Marcher selon l'Esprit c'est donc aussi être capable, si Dieu nous le demande, de renoncer à certaines choses qui pourtant peuvent être parfaitement légitimes. Cela sera très inconfortable pour notre chair mais c'est une bonne chose, car le confort de notre chair nous endort. Notre repos doit être en Christ et non dans la chair ! Mieux vaut une chair tiraillée avec un esprit réveillé qu'une chair dans le repos avec un esprit endormi.

 

Veiller et prier

 

Reconnaissant que notre chair est faible, comment fait-on pour ne pas tomber dans la tentation ? Jésus est clair : il faut veiller et prier.

Veiller et prier était le style de vie de Jésus d'ailleurs ! Dans les écritures, on le voit plusieurs fois dormir peu voire pas du tout, et prier très souvent et très longtemps. Il s'agit forcément là d'une grande clé de réussite pour le fils de Dieu !

 

Dans le contexte du verset que nous avons pris aujourd'hui, on voit que les disciples n'ont pas réussi à veiller et prier avec Jésus. Résultat : ils se sont tous enfuis lorsque l'épreuve est arrivée, laissant Jésus seul face à son sort. Pourtant, étant donné ce que leur a dit leur maître, on peut facilement imaginer que si les disciples avaient veillé et prié, ils seraient restés aux côtés de Jésus ! Mais face à la pesanteur de la fatigue et au manque de discernement de la situation dans laquelle ils étaient, ils se sont endormis. Jésus était nécessairement au moins autant fatigué, mais lui savait ce qu'il allait arriver, il connaissait l'enjeu de cette soirée.

 

Ce passage nous dévoile la stratégie à avoir face à la faiblesse de la chair : anticiper. Le combat que Jésus a mené était bien avant que les gardes arrivent pour l'arrêter.

Si Jésus n'avait pas regardé en face la faiblesse de sa chair (à savoir qu'il ne voulait pas être mis à mort), il aurait minimisé son désir qui s'opposait à la volonté de Dieu et il se serait sûrement dit qu'il suivrait les gardes lorsque le moment serait venu (puisque l'esprit reste bien disposé), puis il se serait endormi avec les disciples. Mais la suite n'aurait pas été la même car il se serait très probablement enfui lui aussi !

Au contraire, Jésus a pris très au sérieux ce qu'il se passait au-dedans de lui, et, décidé à accomplir uniquement la volonté de son Père il a entamé le combat contre la tentation jusqu'à ce que sa volonté se soumette complètement, et ce avant même d'être confronté à la situation. D'ailleurs, après ces instants, Jésus n'est plus du tout dans la faiblesse de la chair mais est fermement établi dans la volonté divine et ne bronchera pas une seule fois jusqu'à sa mort. 

 

Le mot de la fin

 

Marcher selon l'Esprit c'est donc reconnaître la faiblesse de notre chair au point de décider de ne plus marcher selon la chair. C'est savoir veiller et prier pour discerner la chair qui voudrait s'exprimer et ne pas la laisser faire. C'est plonger incessamment dans la présence de notre Père pour recevoir le tout accompli et ainsi être victorieux.

 

En marchant ainsi, nous ne tombons plus dans la tentation ! Alors veillons et prions ! 

Écrire commentaire

Commentaires: 0